Nos prochaines conférences

La Société d'histoire du protestantisme de Montpellier a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence :

samedi 26 mai 2018, à 16h, 

à la faculté de théologie protestante de Montpellier (salle des actes) :

"Adolphe MONOD (1802-1856), un artisan du Réveil protestant"



par M. Etienne TISSOT, professeur émérite de la faculté de médecine de Lyon.

M. Tissot vient de faire paraître, aux éditions Olivétan, une biographie du plus grand prédicateur protestant du XIXe siècle.




____________________________
Actualités : 

"Muses & Grisettes. Les dames de Montpellier"

Exposition au Musée Fabre - Hôtel Sabatier d'Espeyran, à Montpellier.



Présentation :

Du 10 mars au 3 juin 2018, à la faveur d’un partenariat original avec l’Université Paul-Valéry et l’Ecole supérieure d’ArtFX, le Musée Fabre de Montpellier organise une exposition innovante, à voir et à écouter, consacrée aux femmes de Montpellier : un parcours patrimonial, multimédia et parfois impertinent, où l'on redécouvre l'histoire des femmes de la ville au fil des salons luxueux de l’Hôtel Sabatier d’Espeyran.

Alors que les femmes sont encore le plus souvent « les oubliées de l’Histoire», le projet vise à mettre en exposition les recherches historiques récentes (Histoire de Montpellier et Montpellier, cité des belles dames, Privat, 2016) dans le cadre d'un projet pédagogique mutualisant les compétences de différentes filières de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3 et de l'école ArtFX, en collaboration avec les professionnels du musée Fabre. 

A travers une centaine d’oeuvres dans des registres très différents (tableaux, lithographies, accessoires, costumes, parures, ouvrages anciens…), ainsi que des effets spéciaux et sonores, le visiteur rencontrera des dames de la noblesse du 17e siècle habituées des salons précieux, à l’image de Madame de Castries que Mme de Sévigné elle-même appréciait pour son élégance et son esprit. Le visiteur redécouvrira une figure féminine mythique de Montpellier : la grisette ; à mi-chemin entre la fille du peuple et la demoiselle de la bonne société, sa renommée illustre à la fois l’histoire économique de la ville, l’élégance des Montpelliéraines et les origines légendaires de la cité surnommée le « mont des jeunes filles ».

Parmi les belles dames de Montpellier, l'exposition présente également une figure de la grande bourgeoisie protestante montpelliéraine, Madame Gaston Bazille, la mère du peintre Frédéric Bazille. Une des oeuvres de ce dernier, la Vue de village, fait l'objet d'une réappropriation par les étudiants de l'école ArtFX : le visage de la fille des métayers de la famille Bazille est remplacé, grâce au numérique, par le visage d'une jeune fille d'aujourd'hui.

Parmi les livres exposés, un livret inconnu des bibliographes, publié en 1561 et conservé en un unique exemplaire au Musée Médard de Lunel: Les conditions et vertus requises en la femme fidèle et bonne mesnagère : contenues au XXXI chapitre des Proverbes de Salomon ; plus un sermon de la modestie des femmes en leur habillemens par M. Jean Calvin : outre plusieurs chansons spirituelles. Le livre s'ouvre sur une page de musique notée: Théodore de Bèze, l'auteur de ces strophes, dépeint une éthique familiale, où « vertu et dignité reluisent en la femme habillée modestement ».

Commissariat : Florence Hudowicz, conservatrice des arts graphiques et décoratifs, Hôtel Sabatier d’Espeyran, Musée Fabre Montpellier Méditerranée Métropole, et Maguelone Nouvel-Kirschleger, chercheuse en histoire, laboratoire CRISES, Université Paul-Valéry Montpellier 3.

L'exposition est visible du 10 mars au 3 juin 2018 (le mardi après-midi et le week-end).
____________________________

* Vidéo-conférence en ligne :

Vous pouvez retrouver sur le site de la médiathèque de Montpellier, dans le cadre du cycle de conférences consacré à l'histoire de Montpellier, la vidéo sur le

par Pierre-Yves Kirschleger (Université Paul-Valéry Montpellier 3).


Cette conférence est la septième d’un cycle consacré à la présentation des principales conclusions de la nouvelle Histoire de Montpellier, publiée chez Privat, en janvier 2016.
 Le patrimoine protestant dans la ville de Montpellier est extrêmement modeste, à tous les points de vue : c’est un patrimoine qui ne remonte pas au-delà du XIXe siècle ; les bâtiments sont très peu nombreux (deux temples et un cimetière), et leur décoration, intérieure et extérieure, est en général réduite à sa plus simple expression.
Or le paradoxe est que ce patrimoine n’est pas le reflet du rôle joué par le protestantisme et par les protestants dans l’histoire de la ville : à la fin du XVIe siècle, Montpellier est une capitale politique et intellectuelle protestante. Et si le protestantisme survit clandestinement au XVIIIe siècle, il retrouve au XIXe une place de premier plan.
 Cette conférence met en lumière le rôle joué par les protestants dans l’histoire de la construction de Montpellier, dans les domaines politique, économique, scientifique ou culturel (comme l’exposition Frédéric Bazille l’a illustré).